Lelision

-Publicité-

Encyclopédie

  • Imprimer le texte
  • Recommander cet article

Renard roux (Vulpes vulpes)


Autres noms : Renard commun, Renard rouge.

Description, caractéristiques

Le renard roux a un pelage entièrement roux, sauf sous le ventre et le cou, qui sont blanc. Doté d’un long museau et de moustaches, le renard a une queue touffue et des oreilles en triangle droits.
Le Renard roux présente des variations importantes de taille suivant les individus, le sexe, l’âge et l’origine géographique. En moyenne, les adultes mesurent 35 à 40 cm de haut au garrot et 58 à 90 cm de long sans la queue qui mesure elle entre 32 et 49 cm4. Les oreilles mesurent 7,7 à 12,5 cm et les pattes arrière 12 à 18,5 cm. Les Renards roux pèsent entre 2,2 et 14 kg, avec une moyenne de 7 kg pour un mâle adulte, les femelles étant généralement 15 à 20 % moins lourdes que les mâles. Le poids varie suivant les sous-espèces et suivant les individus, mais également pour un même animal suivant son âge et suivant la saison : le renard prend progressivement du poids au cours de ces cinq premières années, en perd en mars avril et atteint un maximum durant l’hiver. Les mâles adultes ont un crâne mesurant 129 à 167 mm, tandis que celui des femelles mesure entre 128 et 159 mm. Les empreintes des pattes avant mesurent 60 mm de long et 45 mm de large, tandis que celles des pattes arrière mesurent 55 mm de long pour 38 mm de large. Les Renards roux d’Amérique du Nord sont généralement plus légers, avec un corps très allongé par rapport à leur poids et présentent un haut degré de dimorphisme sexuel. Les Renards roux britanniques ont un corps plus ramassé et plus massif que les spécimens continentaux.

Habitat

Le Renard roux est le carnivore sauvage qui a l’aire de répartition la plus vaste. On le trouve en effet dans la quasi-totalité de l’hémisphère Nord, à quelques exceptions près comme l’Islande, la Crète et les Hébrides. Très adaptable, il peut vivre dans tout les milieux, de la ville aux forêts en passant par les champs, en montagne, en plaine dans les marais.

Prédateurs

En dehors de l’Homme, les principaux prédateurs du Renard roux sont, en fonction des aires de répartition qu’ils partagent, le loup, le lynx, l’aigle royal ou le hibou grand-duc. Ces prédateurs s’attaquent quasi-exclusivement aux renardeaux, mais leur impact peut parfois être important. En ville, ils peuvent se faire attaquer par les chiens et les chats.

Proies, alimentation

Crotte de renard

Parasites et espèces côtoyées

Les Renards roux constituent le premier vecteur de la rage en Europe88 et l’est également pour le Nord-Ouest et l’Arctique américain. Cette maladie très ancienne a quasiment disparu en Europe de l’Ouest mais reste encore présente en Europe centrale.

Les Renards roux portent des puces, mais l’infestation demeure généralement raisonnable. Des espèces comme Spilopsyllus cuniculi sont certainement issues des proies que le renard consomme, tandis que d’autres comme Archaeopsylla erinacei l’infestent lorsqu’il se déplace. Les puces qui parasitent le Renard roux comprennent Pulex irritans, Ctenocephalides canis et Paraceras melis. Des tiques telles que Ixodes ricinus et I. hexagonus ne sont pas rares sur les renards, et on en retrouve sur les jeunes qui ne sont pas encore sortis du terrier. Le pou Suricatoecus vulpis est un parasite spécifique au renard, mais est rare. L’acarien Sarcoptes scabiei est la cause la plus fréquente de la gale chez le Renard roux. Elle provoque d’importantes pertes de poils, commençant à la base de la queue et derrière les pattes, puis la croupe et le reste du corps. Les individus touchés depuis longtemps peuvent perdre la majorité de leur fourrure et 50 % de leur masse corporelle et la gale peut ronger les extrémités infectées. Durant la phase épizootique de la maladie, il faut généralement 4 mois pour que l’animal en meure. D’autres parasites moins fréquents sont retrouvés sur les renards comme les acariens Demodex folliculorum, ceux du genre Notoedres, Otodectes cynotis (que l’on retrouve dans le conduit auditif), le crustacé Linguatula serrata (qui infecte les voies nasales) et les champignons responsables de dermatophytoses.
Eucoleus aerophilus (ou Capillaria aerophila), agent de la capillariose pulmonaire des renards

Jusqu’à 60 espèces de vers parasites sont connues comme pouvant infecter le renard dans les fermes de production de fourrure, tandis que l’on en trouve 20 chez les spécimens à l’état sauvage. Plusieurs espèces de coccidies du genre Isospora et Eimeria sont susceptibles de l’infecter. Les espèces de nématodes les plus communes sont Toxocara canis et Uncinaria stenocephala, Capillaria aerophila et Crenosoma vulpis, les deux dernières infectant les voies respiratoires. Capillaria plica infecte la vessie du renard. La trichinose dû à Trichinella spiralis est rare, mais celle causé par Trichinella nativa est commune en Alaska. On rencontre également des cestodes comme notamment Taenia spiralis et T. pisiformis. Parmi les parasites on peut également noter 11 espèces de trématodes, ainsi qu’Echinococcus granulosus et E. multilocularis95. Ce dernier parasite, également appelé ténia du renard, peut être contracté par l’Homme s’il entre en contact avec des objets souillés par l’urine ou les excréments d’un renard, comme un fruit tombé à terre par exemple. Le parasite s’attaque alors au foie et l’infection peut aller jusqu’à la mort de l’individu touché. On recense une dizaine de victimes de la maladie annuellement en France.

Gestation, naissance

La mise bas a lieu de mars à mai, après 51 à 53 jours de gestation

Enfance, adolescence

La mère reste en permanence avec ses petits durant les deux premières semaines, pendant lesquelles le mâle se charge exclusivement de chercher de la nourriture. Il n’est toutefois pas toléré dans le terrier durant cette phase et dépose les proies qu’il collecte à l’entrée

Vie adulte, mœurs sociaux

Le Renard roux peut former des groupes sociaux. Cela dépend de la ressource disponible dans son biotope. Dans des milieux aux ressources alimentaires limitées, il vit solitaire, formant des couples uniquement en période de reproduction

Cris

Les Renards roux ont un assez large panel de vocalisations, et produisent des sons dans cinq octaves, avec des intermédiaires entre chacun d’eux. Une étude de 2008 a observé douze types de cri chez l’adulte et huit chez le jeune. Ces cris sont utilisés pour communiquer entre deux animaux, et peuvent être scindés en deux catégories, les appels amicaux et les cris employés lors de conflits.

Video - Le Cri du Renard

Interactions avec l’humanité

Le Renard roux est chassé depuis très longtemps. Il est peu apprécié pour l’impact qu’il a pour les éleveurs de volaille, qui voient régulièrement leurs animaux tués par des renards, ainsi que pour les dégâts qu’il cause au petit gibier. C’est pour cette raison qu’il est considéré comme nuisible dans la législation de certains pays.


Votez :
Date de rédaction : 7 décembre 2013
Dernière modification : 15 mars 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?